Accueil  >  ORNE  >  Permanence Des Soins

La Permanence Des Soins dans l'Orne

PERMANENCE DES SOINS

carte PDS Orne

Depuis 2008, en partenariat avec la préfecture, l'Agence Régionale de Santé et le SAMU-Centre15 de l'Orne, le Conseil Départemental de l'Ordre des Médecins de l'Orne a souhaité restructurer la permanence des soins afin de gagner en efficience, devant le faible nombre d'intervention des médecins affecteurs la nuit, et diminuer la pénibilité des astreintes, que les médecins volontaires assurent, suite à une démographie médicale en baisse. Ce partenariat public/privé a été un des premier en France en matière de permanence des soins.

Le département de l'Orne est passé de 15 secteurs à 6 secteurs, plus homogène en terme de population et d'offre de soin en médecine générale. Ces 6 secteurs s'articulant autour d'un centre hospitalier de référence qui dispose d'un service d'urgence, auquel un point garde libéral a été adossé. (voir carte)

Ceci n'a été possible qu'avec la mise en place d'une régulation territorialisée des appels de permanences des soins sur le département, avec un médecin généraliste libéral, qui depuis son domicile à l'aide d'outil informatique et de télécommunication évalue les besoins des appels avec plusieurs niveaux de réponse.

ces appels sont centralisés par le Centre 15.

Depuis le 1er janvier 2013, un cahier des charges régional de la permanence des soins ambulatoires a été arrêté par le directeur général de l'ARS de Basse-Normandie après avis des CODAMUPSTS de chaque département. Le cahier des charges tient compte des spécificités de chaque département tout en reprenant les contraintes imposées par la réglementation. Ce cahier connait des évolutions, qui ont été discuté au cours de l'année 2013, ce qui a conduit  à la signature par le Directeur Général de l'ARS de Basse-Normandie d'un nouvel arrêté en Janvier 2014 avec une entrée en application le 1er février 2014. Il y a eu peu de  changement pour le département de l'Orne, excepté la prise en charge des certificats de décès par les médecins effecteurs avec un forfait d’astreinte majoré de 100 €.