Accueil  >  MANCHE  >  Maîtres de stage des universités

LES MAITRES DE STAGE

Pourquoi devenir un maitre de stage des universités (MSU)

On peut devenir Maître de Stage des Universités (MSU) pour un ou plusieurs des stages suivants :


• Le stage de deuxième cycle :

Il s’agit d’un stage de 3 mois, destinés aux externes. Ce stage permet aux externes d’appréhender les spécificités de la médecine générale. Il s’agit d’une occasion unique pour tous les étudiants de découvrir la médecine générale avant les Épreuves Nationales Classantes (ECN) à l’issue desquelles les étudiants choisiront leur spécialité. Pour certains, ce sera leur seule expérience de médecine ambulatoire.

• Le stage ambulatoire de niveau 1 :

Il consiste à accueillir un interne de médecine générale, généralement en 3ème ou 4ème semestre (sur les 6 semestres que compte le DES de médecine générale). Ce stage obligatoire de 6 mois se déroule dans un ou plusieurs sites d’exercice, à raison de 9 demi-journées par semaine, seul ou en binôme avec un autre MSU. Le MSU doit être présent, à son cabinet ou dans le centre de santé, en même temps que l’interne et organiser progressivement les différentes phases du stage.

• Le stage dit de niveau 2, ou Stage Ambulatoire de Soins Primaires en Autonomie Supervisée (SASPAS) :

Ce stage est pour l’instant facultatif et ne concerne que la moitié à un tiers de chaque promotion. Il consiste à accueillir un interne qui consulte en l’absence du MSU, une à plusieurs demi-journée(s) par semaine. Un temps doit obligatoirement être programmé le jour même ou dans les jours suivants, pour la supervision de tous les patients vus seuls par l’interne.

Qu’est ce que peut m’apporter le fait d’être MSU

- Transmettre mes connaissances et le savoir-faire de mon métier, le plaisir d’enseigner
- Offrir aux jeunes générations un lieu de formation
- Faire  découvrir la  diversité de notre  spécialité  de  médecine  générale dans  la  vraie vie  d'un  médecin  généraliste avec tous les aspects de notre métier, la  relation avec le patient, qui n'est  évidemment pas la même  qu'un patient  du  CHU, la diversité de notre prise en charge, sans oublier l'apprentissage des charges administratives qu'il  convient aussi d'aborder.
Mais surtout, l’accueil de jeunes étudiants dans nos cabinets ou notre centre de santé permet une remise en cause de notre pratique, et une remise à niveau de nos connaissances. Il est l’occasion de travailler avec l’équipe des enseignants du département de médecine générale (DMG).
- Une rémunération : honoraires pédagogiques à raison de 600 euros par mois pour un interne de niveau 1 ou 2, et 300 euros pour un externe (à partager entre les différents MSU d’une même maquette de stage)

Et pour ma patientèle ?

Dans l’immense majorité des cas, les patients acceptent très bien la présence d’étudiants dans le cabinet ou le centre de santé. Encore faut-il penser à signaler leur présence (affiche en salle d’attente, message de la secrétaire, etc.) et solliciter leur avis à chaque consultation.
La fonction d’enseignant du MSU est valorisante pour l’image du médecin.


Et pour mon organisation ?

L’accueil d’étudiants peut nécessiter de modifier mon organisation, aussi bien en termes d’agendas (consultations plus longues, plages horaires prévues pour la supervision, etc.), que de gestion de l’espace (pièce dédiée à l’interne avec poste informatique en réseau et connexion internet).
La présence d’un interne permet aussi une meilleure souplesse des consultations, dès que celui-ci est autonome, car il peut effectuer des tâches supplémentaires (consultations ou visites urgentes, communication avec l’hôpital, organisation de soins, etc.).
La charge administrative est très modeste, réduite à la signature d’une charte avec le département de médecine générale, de quelques documents à fournir à l’administration, et de la validation de l’étudiant à l’issue de chaque stage.

En conclusion, devenir maitre de  stage des  universités est une formidable possibilité d'ouverture vers les  jeunes  médecins, la théorisation de notre métier, la formation  continue, l'enseignement  et la  recherche mais aussi un excellent moyen de trouver des jeunes successeurs pour les médecins qui envisagent de prendre leur retraite avec une assurance de reprise de clientèle.

Cet optimisme est à modérer, car être Maître de Stage implique aussi un investissement de temps avec une obligation de réorganisation de son temps de consultation ne serait-ce que pour le "débriefing" après chaque consultation ou en fin de journée, c'est donc une activité chronophage, qui sera compensée par une essentielle motivation.


Consulter la Charte des Maîtres de stage des Universités en cliquant sur : le lien suivant