Exercer en Basse-Normandie


La région Basse Normandie possède de nombreux atouts. Peuplée de   1 482 000 habitants (soit 84 habitants/Km²), sur une superficie de 17 589 km2, avec 1 812 communes et 3 parcs naturels régionaux répartis dans 3 départements (Calvados, Manche et Orne), elle a un maillage harmonieux de villes moyennes dans les trois départements. Mais notre région est aussi maritime (470 km de côte).

Elle a une situation favorable à proximité des deux plus grandes agglomérations européennes, Paris et Londres. C’est un territoire accessible par mer, air, fer et route dont la capitale régionale fait partie des agglomérations attractives. La région dispose d'infrastructures numériques performantes, ainsi que de nombreuses entreprises innovantes. Elle est en pointe dans certains domaines de la recherche (GANIL à Caen).

Son histoire est prestigieuse et ancienne depuis Guillaume le Conquérant jusqu’au débarquement du 6 juin 1944 dont on vient de célébrer le 70ème anniversaire. Elle possède  des sites touristiques exceptionnels tels que le  Mont-Saint-Michel, Honfleur, Deauville, Alençon, le Cotentin, etc. qui ont charmés de nombreux peintres.
Ses produits alimentaires sont réputés. Citons le cidre, le camembert et le calvados. Elle peut être fière de sa filière agricole performante (lait, viande…)  mais aussi de son élevage équin dont la réputation est mondiale  (rappelons-nous du célèbre OURASI qui a gagné le prix d’Amérique.) N’oublions pas son fleuron des productions maritimes (pêche, huitres, coquilles Saint-Jacques).

Dans le domaine de la santé, comme la plupart des régions, le problème de la démographie médicale est  aussi important tant dans le secteur libéral que dans le secteur hospitalier. Cependant les divers institutions , URML, ARS, Les Préfectures, les Conseils Généraux, le  Conseil Régional, les Conseils des Ordres, la Faculté de médecine, les associations des usagers ou d’étudiants  ont mis en place une charte régionale de l’offre de soins en médecine de premier recours dans le secteur libéral avec le regroupement des professionnels de santé au sein des PSLA (pôles de santé libéraux ambulatoires), ce qui à permis d’éviter avec la restructuration de la permanence des soins une vraie désertification. Nous facilitons l’accueil des jeunes étudiants  chez les médecins installés dans le cadre des stages formateurs internes et externes et dans le secteur hospitalier. Les coopérations inter hospitalières sont de plus en actives entre le CHU et les hôpitaux périphériques de chaque département.

Cette politique permet aux jeunes internes de connaître l’environnement médical, économique et culturel des villes moyennes, afin de faciliter les futures installations...

 

Liens